Bienvenue à puitsaulaos

Les allées et venues (projets) de l'abbé Gérard Dionne au Laos
  • jardin_950
  • Dionne Hammock_ppt
  • jeunes aéroport Vientiane_ppt

Nouveau

4 février 2016

          Le 29, nous nous rendions de Paksé au jardin et au village de Litchieung (dont l’ethnie est gnais). Le 30, c’était le regroupement des jeunes du primaire au jardin pour l’enseignement de base et de la religion. L’enseignement est fait soit par le père Biengta, Maman (Mè) Nome, et soit par deux adolescents qui eux, leur enseignent surtout les chants liturgiques et les jeux de société.

          Les jeunes volontaires sont amenés au jardin, de ce fait ils sont loin du bruit et ils ont aussi plus d’espace pour s’amuser et se dégourdir. L’endroit est certainement plus attrayant pour eux.

          Le 31, c’était la messe du Jour du Seigneur qui a été suivie par la projection de vidéos sur la Création et sur la Vie de Marie.

          La semaine du 31 janvier devait se passer à Litchieung, mais le père Biengta a dû changer son programme: le 2 février, très tôt le matin, nous avons eu la procession et la messe de la Présentation de Jésus au Temple. Puis, dans l’après-midi, nous sommes donc retournés au Km 7, près de Paksé.

          Je n’ose pas trop m’éloigner ou d’aller dans une autre Province avant de renouveler le Visa. Il a donc été renouvelé à Paksé le 5 février. Je crois que c’est plus prudent et plus facile, pour moi, d’agir ainsi.

          Le fait de passer du temps au jardin, c’est du bon temps pour la détente, la réflexion et la lecture avant d’entreprendre d’autres randonnées… Pour lectures, je prends plus de temps aux lectures du bréviaire; je lis et relis l’Encyclique du pape François: « Laudato Si ».

          Samedi, le 6, nous avons été invités pour la fête patronale de Phonetong. J’ai bien hâte de m’y rendre… À la prochaine…

 

          Il est toujours possible de visiter le blogue de François Catellier:

http://www.puitsaulaos.wordpress.com

           

31 janvier 2016

          Le 27, deux jeunes de Litchieung sont venus nous visiter à Paksé, car ils ont su que nous avions décidé affirmativement pour leur projet d’instruments de musique. Celui qui a décidé de leur aider pour le choix des instruments et les leçons de musique est venu nous rejoindre aussi.

          Alors nous sommes allés magasiner: nous ne nous sommes entendus  que sur le troisième établissement visité. L’expert qui est venu pour aider dans le choix a expliqué au responsable du magasin ce que nous voulions. Ils se sont mis à déballer piano (keyboard), guitares, haut-parleurs avec amplificateur, microphones.

          Ce qui est bien dans leur façon de procédé, ici, c’est que les vendeurs font devant nous les essais de tous les instruments et nous montrent comment les brancher. Le tout se passe sur le trottoir. Après plus de 3 heures d’essais, nous faisons certains échanges, nous négocions les prix, nous leur signalons notre satisfaction, nous payons et nous partons joyeux de notre conquête (surtout pour les jeunes à qui ces instruments sont destinés).

          Je dois vous dire que c’est une formidable expérience, mais pas mal exténuant pour des plus âgés comme le père Biengta et moi.

          Le prochain pas sera de garder les instruments à Paksé avec le Père Biengta pour quelque temps, et quand un local sera plus sécurisé et que les jeunes seront mieux préparés à les recevoir, le père Biengta pourra les leur apporter. J’aimerais bien quand même être là pour voir leurs réactions. Au fond cela importe peu, mais…

26 janvier 2016

 

          Le 22 janvier, à 8h nous partions pour un  long trajet de plus de 8 heures pour nous rendre à une ordination sacerdotale à Nong Veng. Nous étions dix personnes pour ce voyage: avec Mgr, 8 jeunes et moi-même. Le trajet a été fatigant il s’est bien déroulé. Nous sommes arrivés à Paksane  vers 15h pour  y demeurer jusqu’au lendemain afin d’être en forme pour  l’ordination à Nong Veng.

          Quant à la cérémonie du 23, elle a été d’une durée de plus de 3 heures. Malgré sa longue durée, elle a été grandiose. En plus des 4 évêques du Laos, il y avait de nombreux prêtres, parmi ceux que j’ai pu rencontrer, les participants venaient de partout: en plus du Laos, il y avait des gens de plusieurs pays, comme l’Australie, la France, les Philippines, la Thaïlande, le Canada (dont 4 de Saint-Boniface: Surine, Khamfong, Kingkham et moi-même et  deux d’Ottawa). Cette visite a été pour moi l’occasion de rencontrer plusieurs connaissances et aussi de faire de nouvelles rencontres.

          Pour le retour, du 23, le voyage  a été un plus difficile; la durée a été de plus de 10 heures. À un moment donné –Il faisait nuit– nous avons manqué de ‘pétrole’. Heureusement pour nous, Mgr a pu communiquer avec un de ses prêtres dont il savait qu’il partait après nous, pour lui expliquer notre situation. Après une heure d’attente, le tout a été résolu. Il faut le dire, j’étais passablement fatigué, avec une diarrhée et mauvaise digestion. Ce soir-là, j’ai dû dormir à l’Évêché…

          Le lendemain, le 24, après une nuit comme-ci comme-ça, je n’avais pas le goût de manger, je n’ai pris que du café. Ensuite, le chauffeur de Mgr est venu me conduire  à la chapelle de Lithieung pour la messe à ce village qui est à une distance de près de 80 Kms.

          Après la messe, quelques timides adolescents voulaient me rencontrer pour discuter d’un projet qu’ils envisageaient. Je l’ai trouvé très intéressant. En effet, ils désiraient pouvoir se rencontrer plus souvent entre adolescents. Pour se faire, ils m’ont demandé si je pouvais les aider à leur procurer des instruments de musique.

          Cependant je leur ai posé quelques questions pour vérifier le sérieux du projet: alors en réponse ils se mirent à discuter: a) ce qu’ils devraient faire pour que tout fonctionne bien; b) décider pour un professeur de musique; c) décider quel est celui qui pourrait jouer tel ou tel instrument; d) décider du responsable pour la sécurité des instruments et e) alors je leur ai fait sentir que le projet était acceptable. La prochaine étape est à venir. On s’en ‘reparle’…    

 

17 janvier 2016

 

          J’ai passé les journées dernières (du 14-15-16-17) au jardin à Litchiang.         Durant la soirée du 14, le dynamo-maison qui produit l’électricité, a fait défaut, nous avons été privés de ce précieux pouvoir. Après un bon bout de  temps, dans la noirceur, il a fallu mettre en fonction un générateur pour que nous puissions « recharger » nos précieux instruments dont nous dépendons trop et dont on pense indispensables à notre vie de  tous les jours (tablettes, téléphones, ordinateurs) pour ne se servir que d’une chandelle. Des lampes à l’huile ou au « gas », je n’en ai pas vu souvent ici.

          Pauvres de nous! Que font donc ceux et celles qui n’ont pas encore ce moyen qui est pourtant essentiel? Je n’ai pas pu m’empêcher d’avoir une pensée pour eux qui font tout à la chandelle: cuisine, travaux, études, repas, lectures, devoirs d’école, lavages vaisselles…

          Les 16 janvier, s’est passé principalement au jardin en accueillant plus de trente (30) jeunes pour un camp en pastorale. Le Père Biengta et Mè (maman) Nome veulent initier à la vie spirituelle ceux qui le désirent. Ces jeunes ne sont pas encore baptisés: ils viennent de familles pauvres, où l’un du couple n’est pas baptisé ou est même animiste, protestant, ou bouddhiste. Mè Nome et le Père leur enseignent de leur mieux les rudiments de la vie chrétienne…

          Enfin et pour toute la journée, il y a eu une bonne pluie. D’après ce que je peux voir, après une pluie le lézard sort de son repaire.

Alors vous auriez dû voir les jeunes, où leur instinct de chasseur s’est manifesté: après l’enseignement donc, la course au lézards a commencé. Les jeunes, tout joyeux, les ont apportés à la maison; c’était sans doute, pour eux, un peu de nourriture en plus.

          La journée terminée, nous sommes allés reconduire ces jeunes à la maison. Au village donc, Mè Nome m’a amené visiter des pauvres, des malades et deux jeunes handicapés dont la mère est baptisée et dont le père est animiste. Cela m’a fait chaud au cœur de pouvoir les rencontrer, de prier avec eux et de les bénir.

          Le 17, c’était la messe au village de Lithiang. Après celle-ci, à l’Église, c’était l’enseignement du Père aux parents, tandis que les jeunes partaient en « touk-touk » avec Mè Nome pour se rendre au jardin pour l’enseignement…  (N.B. le blogue est maintenant en marche, grâce à la générosité de François Catellier: http://www.puitsaulaos.wordpress.com).

 

Photothèque 2016

DSCN2450DSCN2453priere jeu2 jeu enseignement chant acceuil des jeunes acceuil 5 acceuil 4 acceuil 3 acceuil 2

13 janvier 2016

jardin_950

          La réception par les autorités de l’immigration a été très longue, mais l’accueil a été très chaleureuse. Le père Biengta et bon groupe de jeunes se sont empressés à m’entourer et à prendre soin de mes baggages; on m’a présenté une rose : c’était touchant.

          Avant de se rendre à destination, on m’a donné un tour de Paksé « at nite »… À la maison ce fut la cérémonie du « bacy » pour me souhaiter la bienvenue et un bon repas suivait. Cette fois, ce n’est plus à Bang Yor la maison d’accueil qui m’est réservée est en dehors de Paksé : une résidence pour étudiants universitaires située à sept Kms de la ville.

          Depuis mon arrivée, je dors beaucoup, je passe de bonnes nuits et des siestes prolongée;  la température ni trop fraîche ni trop chaude m’aident beaucoup à récupérer plus rapidement sur le décalage horaire (13 heures). J’ai visité l’évêque du Vicariat à deux reprises et certains prêtres amis.

          Je suis présentement, avec le père Biengta, au jardin de Litchiang qui est  à plus d’une heure de route de la ville, afin de se reposer quelque peu. Ici c’est sur un plateau, alors c’est un peu plus frais, mais pas comme les années précédentes. Au jardin cette année, ils font l’expérience de la culture du « manniok »: les racines sont comestibles et servent beaucoup à faire des desserts (je pense). Quand j’étais jeune on disait que nous mangions des œufs de grenouilles.

          Bientôt ce sera les visites des villages éloignés, afin de voir s’il y a possibilités de les aider… On verra…

 

          À la prochaine, si cela ne vous ennuie pas trop…

J’attends aussi de vos nouvelles …

 

Gérard   +

8 janvier 2016

 

           Tout se déroule à la perfection: le voyage, même s’il est toujours très long, il reste que les avions ont été à temps. Tout a été comme désiré.

L’arrivée à Bangkok (BKK) a été vers minuit: il y avait quelqu’un pour m’accueillir –un Thaïlandais que j’avais parrainé pour ses études durant les années 85–, donc c’était idéal.

Depuis mon arrivé à BKK, je demeure, comme à chaque fois, chez des missionnaires Français qui ont une résidence ici. Tout va très bien; je peux récupérer de la fatigue et surtout du décalage horaire (13 heures): je mange et je dors très bien; la température et l’accueil sont excellentes.

Demain, je serai attendu au Laos: cette fois, je prendrai l’avion pour m’y rendre. Ce sera plus rapide et moins fatiguant…

J’ai bien hâte de rentrer au Laos, comme vous pouvez deviner…

…(à la prochaine)… 

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.