Articles 2011

Le 14 Février, 2017

Je reviens un peu en arrière avec quelques faits dont certains sont amusants:
Quand, Ronald, François et moi-même sommes revenus à Chiang Mai (après 2 kms de route), les jeunes pensionnaires qui nous accompagnaient avaient les yeux grand ouverts de voir la grande ville. Et surtout à l’aéroport, quand il a fallu prendre les escaliers roulants: elles ne savaient pas comment s’y prendre. Je leur ai dit de me suivre et les voilà engagées pour monter.
Quand j’étais assis avec elles, elles regardaient les gens prendre les escaliers roulants. Alors je les ai amenées pour qu’elles puissent se pratiquer à les prendre seules et par elles-mêmes. Alors pour la première fois elles m’ont encore suivi, mais ensuite je leur ai dit de continuer seules: elles sont montées et descendues au moins une dizaine de fois. Elles étaient très ravies. C’était « l’fun » de les voir courir pour les essayer par elles-mêmes.
Avant de les quitter, j’ai demandé à la religieuse de demeurer plus longtemps afin d’aller à une passerelle pour qu’elles puissent voir les arrivées et les départs des avions.
J’aurais bien aimé y être présent pour voir leurs réactions…

Tout va bien. Ici à la résidence des orphelins, je suis bien traité, même trop souvent aux petits oignons. Il fait très beau le jour, les nuits sont assez fraîches.
Les âges des orphelins varient entre 7 et 15 ans: il y 3 grandes filles qui sont parmi les plus âgées (13-14-15 ans); 2 plus jeunes de 7 et 8 ans. Parmi les garçons orphelins, le plus vieux a 15 ans et les 4 autres ont entre 7 à 12 ans; dont deux de 7 ans; un de 9 ans et un de 12 ans.
Le plus sympathique, ici, c’est qu’à tous leurs départs et arrivées les jeunes viennent me dire en Lao ou en Anglais bonjour et me serrer dans leurs bras. Après la douche et la prière du soir (vers 19h30), ils viennent me dire, en français, « bonne nuit ».

Quant à moi, le coucher est entre 20h30 et 21h. La plupart du temps je dors assez bien, même si c’est sur un matelas d’un seul pouce (2.6cm).

jeunes-aeroport


20 février

            C’est aujourd’hui même que se termine mon périple en Asie et au Laos. C’est toujours avec regret que je quitte cette région éloignée. J’y ai vécu d’autres moments mémorables que je garderai dans mon cœur pour longtemps. Plusieurs projets se réaliseront grâce à vous. Cette pauvreté existe spécialement dans les régions éloignées. Les visiteurs ordinaires ne la verront pas. Car le Laos s’est beaucoup développé durant les dernières années surtout dans les grands centres et les milieux touristiques. De plus en plus de visiteurs y viennent maintenant et ils y coopèrent indirectement au développement.

            Il y a cependant certains pays limitrophes qui abusent et qui prennent beaucoup de place en achetant à grands prix terres, rivières et forêts pour s’y installer et en prendre possessions. On voit cela partout maintenant. On y voit de plus en plus les grosses limousines circulées, les hôtels s’élevés, les grands marchés prendre place. Quand aux petits et aux démunis, eux, regardent cela sans vraiment rien y voir et comprendre ce qui se passe sous leurs yeux.

            C’est depuis des années que je prêche aux jeunes qu’il est important pour eux d’aller à l’école, aux études supérieures et à l’université. Ainsi ils pourront prendre la relève et les postes importants dans leur propre pays. Il y a des  faits encourageants car, de plus on en voit qui prennent au sérieux leur avenir et celle du pays.

            C’est grâce à plusieurs d’entre vous s’il y a des jeunes qui ainsi se prennent en main: c’est grâce à vos prières et à vos dons généreux. Vous me direz que ce n’est peut-être qu’une goutte d’eau dans l’océan. Mais ce sont les gouttes d’eau répétées qui forment ruisseaux, rivières,  lacs et océans.

            Enfin, c’est au nom de tous ces laotiens que vous aidez, que je vous dis: GRAND MERCI!!!!

            Il ne faudrait cependant pas s’arrêter là. Ce sera toujours un devoir, non pas de charité, mais de justice.

 

            Merci encore pour tout!!!!

 

Gérard   +

Dionne Hammock_ppt

             


Remerciement


Le 31 janvier, 2015

Depuis le 27 janvier nous avons rejoint l’abbé Dionne à l’école des sourds et muets à Luang Prabang.  Malgré que la majorité des jeunes sont en vacances, nous sommes acceuillis par 9 jeunes très chaleureux. Les soeurs ici font un bouleau incroyable avec une dizaine de professeurs, dont un jeune de la France, pour enseigner les sourds et muets.  Ils apprennent le langage par signes, l’anglais, les mathémathiques, les sciences, etc.  Les plus vieux aprennent un méthier technique et ils font même des stages pour soit broder ou même faire de la construction,  L’école de sourds est muets est une de deux au Laos.  La deuxième est à Vientaine.  Les jeunes qui graduent de ces écoles peuvent retourner dans leurs communautés avec leur nouveau baggage de communications et de connaissances. L’école nous fait penser au Petit Séminaire que nous gardons dans nos meilleurs souvenirs. Nous nous apercevons que la communication par signes est plus facile pour nous qui avons un vocabulaire limité de Laos.

L’école ici à Luang Prabang est presqu’auto-suffisante pour nourrir les 35 à 50 jeunes.  Ils ont des jardins, des cochons, des ‘water buffalo’, des poissons, des poules, dindes, et canards.  Ils font même une production de champignons. Pour approvisionner les jardins et les animaux avec de l’eau, l’école a deux puits de surface et ils sont aussi branchés sur l’eau de la ville qui ne vient qu’en soirée. En arrivant nous avons remarqué qu’ils étaient en train de vider la citrerne de béton car elle coulait partout.

Hier nous avons décider de leure acheter deux citernes en stainless de 4000 litres au nom de la famille Catellier. Le premier bénéfice sera que l’eau restera beacoup plus propre que dedans la citerne. Le deuxième bénéfice sera que les citernes ne couleront pas.  Et le troisième bénéfice leur donnera la chance de prendre l’eau des puits de surface, ou de la ville ce qui sera bien durant la saison sèche.

Ronald et François Catellier

Citernes et Nam


Laos 20 mars 2013

         Ordination_PPAujourd’hui, le 19, c’était le grand jour de l‘ordination à la prêtrise d’un jeune homme du village de Ban Nasone: il y a eu grande foule venant de la plus part des villages du Vicariat de Paksé et des autres Vicariats. J’ai rencontré beaucoup de connaissances, et certains de me rappeler que je ne les avais pas encore visités. Il fallait que je leur explique que ce n’est pas toujours facile pour les déplacements vu que, cette année, je n’ai qu’une personne pour me trimballer, alors que les autres année je pouvais compter sur au moins 3 ou 4 possibilités.  

         Le 20, je suis allé célébrer une messe anniversaire pour un défunt à Houay Mout: la famille et la parenté étaient nombreuses à venir pour cette célébration. Puis j’ai été agréablement heureux de pouvoir visiter les lieux où, l’un des martyrs (le père René Dubroulx) avait été assassiné. C’était vraiment émouvant lorsqu’on s’est mis à prier et à chanter dans la forêt qui, maintenant, a pris place et s’est développée.

         Puis le 21 et 22 je suis allé à Houay Tao, où on me reprochait de les avoir oublié… L’accueil a été des plus fantastiques, inimaginable. J’étais très ému… Ce serait trop long à tout vous rencontrer: j’ai pitié de vous…

         Aujourd’hui, le 23, je vous dis à la prochaine: ce sera sans doute de Luang Phra Bang ou Bokéo,

 

Gérard   + 


30 mars Lichieung, 1er avril Ubon

Ubon le 1 avril : En effet, je suis en Thaïlande pour continuer ma route vers le Canada. Avant le départ, je suis allé voir l’évêque, le père Souksavath pour préciser ses différents projets de ses missions… Puis à BangYor, ce fut le repas avec tous les pensionnaires, échanges de cadeaux et cérémonie d’adieu; ils sont tous et toutes venus me reconduire au bus: ces moments-là sont toujours déchirants… Le voyage, passage aux frontières et l’arrivée à Ubon durent 3h30…

À Ubon un père MEP est venu me chercher à la station: ceci facilite l’arrivée, = pas besoin  à essayer de me débrouiller dans la langue Thaï pour trouver un touk-touk (genre de petit taxi à 3 roues)…

Le 30 mars, c’était les départs aussi déchirants du camp de 5 jours à Lichieung: séparations de jeunes qui se connaissaient à peine au départ et qui sont en larmes lorsqu’ils se quittent… Là encore, c’est le repas fraternel, les sessions de photos entre eux, avec moi et la cérémonie du Bacy (prières et ils s’attachent des ficelles au poignet tout se souhaitant bonne chance)……

À BKK donc….

 

 

 


Litchieung le 26 mars

 

Litchieung le 26 mars : je suis arrivé au jardin de Litchieung, hier après-midi pour un camp de formation pour jeunes qui ne vont plus à l’école. Mais avant d’y venir j’ai dû prendre quelques jours de repos. Je suis arrivé de Vientiane exténué. Avant de m’y rendre j’avais attrapé un virus et une vilaine toux… J’ai dormi presque deux jours de temps(les 23, 24 et 25 dans avant-midi). Je n’ai pas pu me rendre à HouyaiTao, ces deux jours-là. Alors je suis demeuré à BangYor afin de récupérer avant le camp qui commençait le 25.

À ce camp, avec le personnel, nous sommes 87 campeurs… Il y a fallu toute une logistique pour accueillir tout ce petit monde: pour le coucher, la mangeaille et lieux pour les rencontres; il n’y a comme électricité que celle qui est fabriquée sur place avec un barrage et un dynamo, donc le stricte nécessaire…

Le 29 mars c’était la journée des adieux et des départs: c’était un peu triste à voir. Eux qui se connaissaient à peine à l’arrivée, ne voulaient plus se quitter. Quant à nous nous étions restés sur place pour profiter d’une nuit fraîche de plus, mais quand même un peu triste de voir les lieux vides.

Le 30, nous étions de retour à BangYor: quelle différence de température!!! (35 à 38°)…

Je viens tout juste d’acheter mon billet d’autobus pour la Thaïlande (Ubon) et ensuite ce sera pour Bkk et le Canada.

Le 5 avril, ce sera l’arrivée à Wpg par A.C. vol 296 à 17h. , venant de Vancouver…

 

À bientôt donc, Gérard   +