Nouveau

Médiathèque 2017

20170225_12381720170225_12260620170225_12253120170225_12235920170225_11355420170225_10375620170225_103132

les ^lu

les ^lu

20170225_10153120170209_12210320170209_12193920170209_094339-120170209_09433920170209_08520320170209_08375920170127_113312 20170127_124213 20170128_113055 20170129_090930

PPP

PPP

20170209_083759 20170209_085203 20170209_094339-1 20170209_121939 20170209_122103 20170209_094339 20170125_162047 img_0395 img_0398 img_0396 img_0397 img_0360 img_0365 20170126_142154 20170126_150552 20170127_081935 20170127_083410 img_0383 20170209_094339 20170209_122103

img_0395 nemesia-1 nemesia-3 nemesia-4 nemesia5 nemesia6img_0416img_0425img_0427img_0428img_0429img_0433img_0434img_0437img_0438img_0440img_0442img_0447img_0449

Le 31 janvier, 2017

‘Nemesia’s House’ est une mission catholique située à 2 heures de route à l’est de de Chiang Mai, Thaïlande.  C’est une mission qui a deux buts spécifiques :

  1. Donner une meilleure vie aux handicapés des villages avoisinants et à distance ;
  2. Pensionnat pour jeunes filles qui viennent de proche et de loin pour grandir dans la vie chrétienne, pour apprendre des métiers et du leadership à rapporter à leur village, et pour aller à l’école locale. (Pas mal semblable au Séminaire de jadis à Saint-Boniface).

Journée typique

  • Réflexion du matin
  • 7h30 : Petites filles partent à l’école
  • Handicapés arrivent par deux vagues. Les employés de la résidence s’occupent du coté physique et coté apprentissage jusqu’à 16h00
  • 16h30 petites filles reviennent de l’école. Elles ont tous des besognes à s’occuper y inclus ‘faire le train’ (soigner les porcs, poules, canards et poissons), préparer le souper
  • Messe à 1730 animée par Gérard

 

Gérard est arrivé à cette mission lundi le 23 janvier.  Ronald et François Catellier (anciens séminaristes de Saint-Boniface) l’ont suivi mercredi le 25 janvier.

 

Besoins identifiés pour le moment :

 

  • Toilettes – Gérard vient de faire construire des toilettes pour ajouter de la capacité à l’unique toilette qu’il y avait dans la résidence
  • Salle à manger de 581 pieds carrés
  • Abri permanent pour les objets d’art à vendre faites ici

Le 28, nous avons célébrer la nouvelle année chinoise.  Nous avons du diner deux fois dans des résidences privées ainsi qu’un souper barbecue Thaï qui était succulent.  L’hospitalité et la reconnaissance pour l’œuvre de Sœur Sivonsouk et le personnel de Nemesia House étaient évidents.

nemesia-2

 

20 mars 2016

 

          Le 16, un groupe du village de Houay Tao avait organisé une rencontre avant mon départ du jardin pour Paksé et la Thaïlande: trois villages, les plus près ont répondu à l’appel: Phao Khem, Litchieung et Houay Tao. Ils étaient plus de 80, sans compter les enfants.

          Nous avons célébré la messe, nous avons eu la célébration traditionnelle du Bacy, un repas en commun et un concours de musique. Les jeunes de Litchieung étaient tout joyeux de montrer leur savoir faire avec leurs nouveaux instruments de musique qu’ils avaient reçus il n’y a que quelques semaines à peine.

          J’étais vraiment très ému quand est venu le temps de m’adresser à eux, et de voir tellement de gens venant de très loin (certains ont parcouru plus de 50 kms) venir me dire merci et me souhaiter bonne chance et bon voyage. Ils me disaient tous: «pi na pobkan may » i.e. ‘’à l’année prochaine’’. Je sentais, en mon fond intérieur, que ce serait sans doute la dernière fois qu’on se voyait… mais ‘on ne sait jamais’; «à la grâce de Dieu» comme on dit.

          Le lendemain, nous sommes retournés à Paksé pour acheter le billet d’avion pour BKK et me préparer à  quitter ce cher Laos…

          À la résidence des étudiants, on a voulu aussi organiser un bacy traditionnel avec tous les vœux et souhaits que cela comporte et ils avaient mis tout le paquet dans un souper qui sortait de l’ordinaire…

          Le 19, il y a eu ma dernière messe avec eux, puis le départ pour Bangkok… Ce sont toujours des moments très difficiles à passer, mais il faut s’y résigner. Nous avons toujours des passages à vivre et c’est bien comme cela: cela nous aide à revenir sur terre et à apprécier davantage ce que le quotidien nous apporte.

          Présentement je suis à la résidence de la Mission Étrangère de Paris. Je ne suis ici que pour quelques jours; je quitterai BKK le 22.

          On se revois bientôt…

instruments_slide

14 mars 2016

 

          Le 4, je me suis rendu à Vientiane pensant que c’était le meilleur moyen de me rendre à Chieng May (Thaïlande) afin de visiter une résidence pour personnes handicapées et rendre visite à une maman que je connaissais bien et qui est en phase terminale à l’Hôpital.

          Quand je me suis rendu chez un agent pour voir la façon de m’y rendre, elle devenait presqu’impossible, dû à la route que je devais suivre, j’ai décidé alors de laisser tomber. Ce n’était plus la façon que j’avais programmée avec le peu d’informations que j’avais.

          Alors je suis demeuré à Vientiane pour quelques jours et retourner à Paksé afin de participer à un rassemblement des ‘leaders’ de la jeunesse du Vicariat (Diocèse) de Paksé (il y avait un représentant de chaque village).

          Ici, à Vientiane, j’ai pu rencontrer des amis et faire un peu de boulot de parrainages; ce que je devais faire quand même; j’ai pu aussi prolonger de quelques jours le Visa Lao. J’avais à le récupérer le mercredi, le 9, juste avant mon retour à Paksé.

                    À Vientiane, il a fait très chaud: il me fallait prendre ma douche plus souvent; avec une telle chaleur ça devient très difficile de dormir, on devient très ‘trempe’ rapidement.

          Le retour à Paksé, au Km 7 a été très chaleureux: ils étaient heureux de me revoir: Ils m’ont accueilli encore avec des fleurs et de longs embrassements. De fait, j’étais aussi très heureux de les revoir: ce lieu est devenu mon second chez-moi.

          Le 11, nous retournions au jardin: c’est près de l’endroit où a eu   lieu le rassemblement de la jeunesse. On m’a demandé de leur présenter un court exposé de mes expériences au Manitoba et ici. Naturellement, comme je veux être bien compris, j’ai eu besoin d’un traducteur. C’est le père Biengta qui était l’animateur des exposés.

          Quant au ’reste’, tout continue de bien se passer, grâce au secours de vos bonnes prières.  

Jeunes_slide

3 mars 2016

Le 25 février, nous sommes retournés au jardin afin de se préparer à accueillir  3 groupes de jeunes venant de 3 différents villages dans le but      a) de fraterniser durant une fin de semaine –dans ce site enchanteur qu’est le jardin– b) ils le font pour aider surtout à la cueillette du manioc. Ils sont venus 12 garçons et filles de Tongsala, 15 filles et garçons de Phor Khem et aussi plusieurs de Litchieung où le jardin est situé; en tout, ils étaient 75.

Vous pouvez vous imaginer toute la logistique que cela a pris pour organiser les groupes a) couper des branches, b) arracher les racines du sol, c) les transporter avec 2 tok-toks, d) couper des racines en minces tranches e) les étendre au soleil, f) et nourrir cet armée de travailleurs.

J’ai fait ma part de travail –à ma mesure– soit surtout pour conduire un des tok-toks . Je n’ai pas duré trop longtemps. Mais pour les jeunes, il n’y avait rien pour les arrêter, sauf pour les baignades, les repas, la messe et les rencontres spirituelles…

Samedi le 27, après le repas du soir, il y a eu une rencontre fraternelle autour d’un feu de camp. Le lendemain, il y a eu messe, dîner et échanges entre eux des numéros de téléphone: il faut dire que les départs sont toujours difficiles; les villages sont tellement éloignés les uns des autres.

Naturellement, après les départs, tout redevient tranquille. Alors le lundi était journée de repos pour chacun de nous… Mais des jeunes chrétiens du village –qui ont déjà quitté l’école– sont venus pour donner suite à ce qui avait été commencé: c’était toute une ‘job’, vous savez…

Le premier mars, le père Biengta et Mè Nome ont voulu me faire plaisir en m’amenant visiter un endroit du pays que je n’avais visité auparavant: Sékong et Attapeu. Je ne sais pas combien de Kms nous avons dû faire; c’était très loin: c’est sur la route en direction vers le Vietnam. Comme ils savaient que j’aimais bien piqueniquer, nous l’avons fait à la bonne franquette en choisissant un endroit ombragé. C’était bien « l’fun ». C’est une visite à ne pas oublier.

Si tout va bien, comme j’ai déjà commencé à la préparer, je prendrai la direction de la Capitale (Vientiane), pour me rendre ensuite à Chiang May (Thaïlande), pour visiter une résidence pour personnes handicapées. Par la même occasion je pourrais visiter un jeune homme que j’avais aidé pour toutes ses études: il me presse d’aller rendre visite à sa mère qui est gravement malade. J’avais visité la famille à quelques reprises déjà…

site: http://www.puitsaulaos.wordpress.com

23 février 2016

          Le 20, nous sommes retournés au jardin de Litchieung. Nous voulions nous rendre compte comment allait la croissance du manioc et ce qu’il en sera. La veille nous nous sommes rendu à Oudomsouk pour se procurer une fabrication maison (home made) d’une trancheuse de manioc. Ainsi le manioc coupé et séché sera vendu plus facilement. Vous allez voir, sur les photos, la machine en marche et le transport du produit pour qu’il soit coupé.

          J’ai participé au transport, en apprenant à conduire le « tok-tok »: ce n’est pas si facile que cela: ça se conduit bien sur une surface planche, mais quand nous arrivons dans le champ de culture, il faut être très fort des bras pour pouvoir le retenir et le diriger.

          J’avais un très bon enseignant, en la personne de Hè: un garçon de 16 ans. Il a beaucoup insisté pour que je le conduise. Il était très heureux autant que moi de mes succès.

          Pourquoi je parle si souvent du jardin? c’est parce que nous y avons investi du support en argent. Les profits des ventes du café, des choux et autres légumes défraient en grande partie les nombreux projets pastoraux du père Biengta.

          Le terrain est divisé en deux parties: la première est celle que je viens de décrire, et l’autre partie appartient au Vicariat (Diocèse) à des fins pastorales et de retraites soit pour les prêtres ou pour les agents en pastoral.

          Il faut dire que le lieu s’y prête bien: c’est un endroit idéal pour organiser des camps liturgiques pour jeunes et tout autres rassemblements. Les jeunes ou les adultes  venant de régions éloignées peuvent apprendre les fondements de leur religion, de l’agriculture et de beaucoup d’autres activités.

          Le terrain est assez grand pour le jardinage, pour des jeux de toutes sortes. Il y a en plus de belles chutes d’eau, un barrage qui retient l’eau pour les baignades, les lavages et surtout pour la production de l’électricité: c’est la seule source de pouvoir qui existe pour le moment; ils espèrent avoir le pouvoir électrique du village dans un proche avenir: ce serait bien pour le père Biengta: pour ses besoins en électronique et bien d’autres besoins indispensables.

          À la prochaine…

Coupage manioc_slide

le 19 février 2016

Le 19 février 2016

          Le 15, nous avons réussi à démarrer la camionnette et nous sommes revenus vers Paksé. Le même soir, avons célébré la messe pour ma sœur Rolande et pour les familles Cantin-Dionne; durant la soirée, avant le coucher, les plus jeunes se sont rassemblés pour aussi prier à ces mêmes intentions. Depuis le décès de ma sœur, je reçois beaucoup de témoignages de condoléances et d’engagements de prières pour elle et pour les familles concernées. Merci beaucoup!

          À Paksé, la camionnette a été réparée. Alors nous pourrons remonter vers le jardin et  peut-être se rendre visite à Attapheu: ce serait ma première dans ce village. Ensuite, en fin de semaine, ce sera les enseignements religieux; puis nous serons au jardin pour aider à la récolte du manioc. La récolte s’annonce bien malgré le manque de pluie. Pour ceux qui consultent le site de François pourront voir la grosseur des racines récoltées. Par la suite, elles seront transformées pour différentes fins de nourriture.

 

          Mon état de santé est toujours bon. Je dors très bien, malgré la fraîcheur ou la grande chaleur –dépendamment où l’on est. Je dors sur un matelas d’un pouce et d’un édredon pour me couvrir –selon la nécessité. Le coucher est toujours entre 08h30 et 09h. Quant à la levée du corps, elle est ordinairement assez tôt.

          Durant la nuit, nous sommes souvent dérangés par les chants des coqs –ce n’est pas seulement que le matin– c’est jour et nuit, les aboiements ou les hurlements des chiens, le croassement des grenouilles, les rats sur le toit, les oiseaux nocturnes. Mais ce que je n’aime pas du tout, c’est la musique à haute fréquence venant des villages voisins.

          Si je vous mentionne cela, ce n’est pas pour me plaindre, mais simplement pour vous informer de mon vécu quotidien. Je ne vis pas dans les hôtels, ça serait certainement différent; mais, avec le père Biengta, Mè Nome et avec ceux de mon entourage je suis vraiment porté sur la main et parfois trop. Vous avez sans doute deviné que c’est le genre de vie que j’aime: vie au grand air et vie paysanne.

          Le 18, nous retardons le retour au jardin et Litchieung, car nous attendons la visite de Mgr Bach, ancien évêque du Vicariat de Thakhek, Il devrait arriver aujourd’hui…                

          À la prochaine donc!

Manioc_slides