Nouveau

16 janvier 2019

1

Le 14, 15, 16 janvier, tout en me reposant, je vous fais part de quelques faits soit cocasses et peut être intéressants:

a) je ne voudrais pas conduire, en ville, soit une moto ou une automobile: et elles sont de plus en plus nombreuses. Alors il arrive qu’il y a beaucoup d’embouteillages en tout temps, surtout dans la Capitale;

b) dans cette dernièreles rues ou les grandes artères sont propres et bien entretenues; cependant, dans la périphérie, ça laisse à désirercomme de même que pour les règles, les arrêts, la vitesse, les ‘zig-zags’ des motos.

c) À Paksé, où j’ai demeuré1. il y avait de très petites fourmis énervantes qui sont à peine visible, quand elles venaient sur moi, et que je les dérangeais, ils me mordaient très fort. Elles étaientpartout, partout. Alors iétait important de bien nettoyer les planchers et surtout la table; 2. quand je priais (le bréviaire), certains jeunes venaient près de moi en silence pour m’accompagner; je disais le gloire à Dieu en Lao et eux répondaient; 3. depuis que nous leur avons donné une aire de jeux en ciment et peint des lignes pour les différents sports, presqu’à tous les jours, les jeunes de la résidence et leurs amis jouaient: je suis persuadé qu’ils appréciaient notre don; 4. Par exemple, et à ma grande surprise, lors du Nouvel An, dès 08h (du matin), quelques jeunes du voisinage sont venus me souhaiter Bonne Année: j’étais très ému; 5. plusieurs fois par jour, les jeunes orphelinsvenaient tous me saluer: à leur réveil, avant les allers et les retours de l’école, et avant lescouchers; 6. ils venaient aussi balayer ou nettoyaient ma chambre; 7. à départs comme auxretours d’une randonnée à l’extérieur de la ville(c’en était gênant), ils m’aidaient à descendre de la camionnetteme tenaient la main, m’aidaient à monter les marches en me conduisant à ma chambre et je n’avais surtout pas à m’occuper de mon sac.

d) J’ai un ange qui m’accompagne car, à quelques reprises j’aurais pu trébucher gravementsur terrains et escaliers. En fait, j’ai trébuché à quelques reprises. mais sans problème.

e) Comme je le fais souvent en français, je joueaussi avec les mots Lao, exemple: comme: Sabaydi(bonjour) , je dis: sabiday; s’ils ont bien dormi: (sleep en anglais), au lieu de dire Nonlap di bor (As-tu bien dormi?)je dis Salip dee bor? Dans la langue Lao, on met souvent un ‘a’ entre deux consonnes, comme snow = sanowsprite = sapritealors sleep = saleep; leur sous-vêtement se dit slip = salip… Je le fais encore et encore. J’espère que vous comprenez. Les Lao qui me connaissent, me disent ces expressions en riant. C’est une de mesfaçons de me rapprocher d’eux, car par nature, au premier abord, la jeunesse est timide avec lesfarangs’ (les étrangers).

13 janvier 2019

     Le 9, c’était le départ pour Vientiane. Ce départ a été difficile: sur l’heure du midi, les jeunes étaient tous revenus de l’école pour me dire bon voyage: c’était très touchant. Avant l’arrivée à Vientiane, je ne savais vraiment pas à quoi m’attendre, car il y avait longtemps que je n’y avais pas mis les pieds, à part d’aller à Nong Duang. Les gens de cet endroit me recevaient toujours quand j’y faisais un court arrêt. C’est ainsi que j’ai été reçu encore par ces gens de Nong Duang.

          Mais pour cette fois, à l’invitation du Cardinal Ling, j’ai décidé d’aller séjourner à l’Évêché, avec le Cardinal et deux de ses prêtres. Tous les trois, que je connaissais très bien, sont nouvellement arrivés dans le Vicariat. Alors ce fut plus facile. L’atmosphère est plus détendu qu’elle ne l’était. Quel heureux changement!

          Dès la première journée, du 10, je suis allé visiter, avec le père Lo, deux petits villages ethniques des Hmongs et Kemhous. J’ai été vraiment impressionné par le dévouement que ce pasteur y consacre pour ces pauvres hors de la grande ville.

          Le soir de cette même journée, nous avions été invités, (Mgr, les pères Lo, Si, Bountha, moi-même et des visiteurs venus des États, et de Hong kong), à un souper à la maison des OMI. Ce furent des rencontres très agréables.

          L’après-midi du 11, j’ai participé au mariage d’un jeune de Nong Duang. C’était bien, mais malheureusement c’était trop américanisé: autrement dit beaucoup trop de ‘fla-flas’ à mon goût.

          Une bonne et mauvaise nouvelle: François et Ronald Catellier devaient se rendre à Luang Phra Bang pour le 17 janvier pour m’y rejoindre. Mais nous ne pouvions pas nous y rendre avant le 20, dû à un contre temps: il n’y aurait eu personne pour nous recevoir. Nous devrons attendre jusqu’au 20, donc. Je n’ai pas pu encore entrer en communication avec eux pour leur annoncer la mauvaise nouvelle. Ces derniers n’en sont pas à leur première visite au Laos: Ils se sont impliqués dans divers projets déjà. Et ils sont connus par beaucoup de gens d’ici, et ils connaissent maintenant beaucoup de façons de voyager et de s’héberger dans ce pays-ci et comme dans bien d’autres en Asie.

          Je devais me rendre ce matin (le 13) dans un village éloigné (Kemhou),  mais je ne sentais pas mes jambes assez fortes pour pouvoir le faire. J’ai dû décliner l’offre. Il vaut mieux que je sois prudent. N’est-ce pas?…

          À la prochaine…

Gérard   +

A drilling well Project for Ban Kenglay

Report

I received $ 1.000,00 US Dollars, I changed it to Lao kips cuurency= 8.741.000,00 Lak (kips).

( $ 1 = 8.571,00 Lak. kips)

  1. A drilling water well  with Pump: (6. 500.000,00 Lak).
  • Tank: (1.493. 500,00 Lak).
  • Pipes,gates water valves, joining pipes, faucets and water pipe glues and pipe taps: (439.000,00 Laks + 215.740,00Laks = 654.740,00Lak)
  • Colour for painting toilet= 92.760,00 Lak

Total expenses=  8.741.000,00 Lak ($ 1.000,00 US Dollars)

On behalf of my parishioners Ban Kenglay, I would like to express my happiness to say thanks to all of you, your donations help them a lot and more convenient whenever they and I come to the church. Be sure that  they and I will keep all of you in prayer, once again thankyou so much.

May God bless you and your family.

Yours sincerely

Fr. Thomas Kandavong Douangmany

Médiathèque 2019

Coucher de soleil sur le Mékong / Sunset on the Mekong
‘Mon arbre à Luang Prabang’, l’abbé Dionne
Champignons / Mushrooms
Pizza
Poêles dans la cuisine / Cooking stoves
Réparage de bicycle / Bicycle repair

Petit au travail / Young boy at work
Articles à vendre / Articles to sell
Découpe de cochon / Dressing pork
Retour à l’école / Back to school
Lego
Nourriture pour porcs

Fête MGR Tito
Production de champignons à l’école des vocations pour filles sourdes et muettes
Serres et jardins à l’écoles des vocations pour les sourdes et muettes
Visite des éléphants avec sourds et muets / Visit of elephant farm with drag and mute students
Serres à l’école de vocation / Greenhouses at vocational school
Session de signes avec les jeunes étudiantes / Sign language session with students
Cabinets bâtis dans la menuiserie / cabinets built in wood shop
Soeur Marie et Soeur Sivongsouk à l’école vocationnelle / Sister Marie and Sister Sivongsouk at Vocational School
Mlle Vernet, stagiaire / Miss Vernet , intern
Khampeng
Bacy à Khampeng
Mgr Souksavath et 2 Lao Canadiens
Puit du
fr. Thomas Kandavong Douangmany’s well
Après la sieste à Vientiane
Jeux

6 janvier 2019

          Depuis la dernière, beaucoup de choses se sont passées:

          a) Le 29 décembre, avec le père Biengta, Mè Nom et plusieurs jeunes de la maison, nous sommes aller visiter le village de Saravanh —(85 à 90 kms de Paksé)— où 5 orphelins ont résidence et de la parentée. Cela a été pour moi une vraie révélation de découvrir le milieu dans lequel certains parmi eux vivent. Deux des plus âgés n’ont aucune attache. C’est parmi les plus jeunes que la situation est plus désespérée: la plupart n’ont, comme lieu d’attache, que Mè Nom du Km 7.

          b) le 31 (veille du Nouvel An) ce fut l’accueil chaleureux du père Sousavath à l’Évêché; puis sommes allés à une soirée dans la cour du Petit Séminaire et de la la Cathédrale, où plusieurs communautés paroissiales se sont exécutées en démonstrations de danses, de chants et de saynettes; et enfin le tout de la veille s’est terminé à la résidence avec le père Biengta et les plus âgés qui y étaient i. e. ceux qui n’étaient retournés dans leur village natal.

          c) le 1er janvier, avec le père Souksavath, nous nous sommes rendu à Kampeng. C’est un grand village que nous avions aidé dans le passé. Ce fut encore une rencontre et accueil des plus surprenants: messe, cérémonie du Bacy, danses et souper. Un résident nous a rendu hommage pour tout l’aide que  nous avions apporté auprès de la jeunesse comme: instruments de musique, jardin, haut-parleurs, eau potable.

          c) le 2 janvier, je me rendais à la réserve du père Souksavath où se trouvaient une quarantaine de  jeunes d’adultes et grands séminaristes. Le site se rouve, en pleine nature, sur le bord d’une magnifique rivière, où les jeunes élèvent poissons, poules et canards.

          Ces rencontres comme celles-ci me donnent des occasions d’entrer en contacts avec la jeunesse qui est engagée dans chacun de leur  milieu respectif.

          Le père Souksavath s’occupe beaucoup de la jeunesse. À l’Évêché, ils sont une quinzaine de garçons et filles qui y vivent: les garçons, le plus souvent, au travaux manuels, les jeunes filles à la couture, au tissage et aux travaux ménagés.

          Les journées 3, 4, 5 et 6, je les ai passées à la résidence du Km 7:

J’avais besoin de ce repos…

          Ah oui! le 4, j’ai planté mon arbre avec une cérémonie spéciale: tout le groupe y était présent. On m’a juré qu’ils en prendraient soin…

26 décembre 2018

          J’espère que vous avez eu un Noël rempli de bonheur, de joie et de paix. Quant à moi, ça a été merveilleux dans la simplicité. Ici, pour l’ensemble du pays, ce n’est pas une fête fériée, mais quand même les chrétiens savent le célébrer: les jeunes ont fabriqué une crèche, ont eu la messe dans la soirée du 24, suivi d’une démonstration de chants de danses, de ‘fun’ et de quelques gâteries. La soirée a été courte, vu que les jeunes devaient aller à l’école le lendemain, le 25.  

          Je dois confesser que la journée du 25, je suis allé magasiner afin de leur acheter des articles de sports, vadrouille, poubelles, ‘arosoires’ pour leur jardin potager et les fleurs et peinture. Présentement, nous organisons leur terrain pour qu’ils puissent jouer différents sports entre eux ou avec leurs amis des environs: soccer, volleyball, badminton, Kataw (volleyball Lao)… Des lignes ont été tracées sur le ciment à la peinture comme dans un gymnase.

          Puisque je veux faire aussi ma part pour l’environnement, j’ai décidé d’acheter un arbre pour le planter à chaque fois que je prendrai l’avion comme moyen de transport. Alors, hier, j’ai acheter le mien pour le planter ici. Puis ce sera Vientiane, Luang Phra Bang et St-Boniface.

          J’essaie d’enseigner aux jeunes à faire du compostage et à ne pas brûler le plastique, mais plutôt l’enfouir dans le sol. Ils ont déjà creusé le trou pour l’enfouissement. Je prêche peut être en l’air, car ce n’est pas encore dans leur habitude de respecter l’environnement. Il y a du plastique partout où l’on va: c’est affreux!

Il faut cependant aller à l’évidence, car c’était comme cela, auparavant au Canada. N’est-ce pas?   

          Aujourd’hui le 27, je suis allé renouveler le Visa Lao…

À l’ar’voyure! 

Gérard   +  

20 décembre 2018

          Je suis encore à l’Orphelinat. Je ne sors pas beaucoup parce que je n’ai pas de moyen de transport.  Je n’ai plus, comme auparavant, la capacité de prendre seul les transports en commun pour voyager avec les gens de la place qui transportaient avec eux  poules, canards, et sacs de riz ou voyager en mobilette. Et maintenant que le père Biengta est à la retraite et qu’il n’a plus la possibilité de conduire  et que son chauffeur attitré ait trouvé un autre emploi à ¾ de temps, ce n’est plus pareil, et, qu’en plus, la majorité des jeunes prêtres n’ont que des mobilettes pour faire leur  ministère.

2

          En ce temps des fêtes, ces derniers sont déjà à plein temps pour le ministère de Noel. D’ailleurs ils y seront occupés, à chaque semaine, jusqu’à la fin de décembre à célébrer Noel dans chacune de leurs Missions. Pourquoi? parce que chacun est responsable d’une vingtaine de villages ou missions. Comme le père Biengta –il n’y a que quelques années– devait s’occuper 30 et une missions. En ce temps, je l’accompagnais ou j’allais avec certains autres prêtres dans différentes Provinces et Vicariats en automobile ou mobilette.

          Quant à moi, je fêterai la Noel, ici, avec le Père Biengta et les orphelins. Ensuite je me rendrai en la Capitale, Vientiane, chez le Cardinal Ling, pour ensuite me rendre à l’École des sourds et muets de Luang Phra Bang, situé au nord du Laos.

          Comme vous pouvez le constater, je dois compter beaucoup plus sur les autres pour me déplacer.  Mais quand même, je m’occupe très bien, en lecture, prière, méditation et présence auprès de ces orphelins qui m’aiment beaucoup et que j’aime tout autant.

          Je veux aussi profiter de cette lettre pour d’abord a) remercier tous ceux et celles qui m’appuient dans ce projet par leurs prières et leur soutien; b) et aussi pour vous souhaiter le plus beau des Noel. Que Seigneur donc accomplisse chez vous ce pourquoi il est venu: sa présence rédemptrice. Alors je le prie pour qu’il vous comble de tout ce qu’il y a de mieux et de beau.  En effet s’Il revient encore, c’est qu’il est le seul capable pour nous combler pleinement de son amour, de sa fraternité, de sa paix, de sa joie et de sa miséricorde.

          D’ailleurs je tiens à souligner qu’à chacune de mes Eucharisties avec le père Biengta et, le matin et le soir avec les jeunes, dans la prière nous  vous soulignons tous et toutes ainsi que Mgr Legatt,  pour qu’il ait un prompt rétablissement.

          Voir le site: *www.puitsaulaos.wordpress.com*